Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2010

Zermatt Summit (3-5 juin 2010, Suisse) - un sommet pour refonder le capitalisme en mettant l’économie et l’entreprise au service de l’être humain

Zermatt.jpgDu 3 au 5 juin 2010 aura lieu à Zermatt (Suisse) un colloque autour du thème "Humaniser la globalisation, changer les cœurs et les esprits."

Même s'il se déroule dans une station suisse connue, il sera très différent des sommets existants jusqu'ici.

Nous traversons une crise qui n'est pas seulement économique mais sociétale. Il nous faut œuvrer pour mettre en place une économie au service de l'être humain non seulement par souci éthique, mais aussi parce que la santé et la survie même de notre société en dépendent.

Les modèles existants sont dépassés car ils "ratatinent" et enferment l'homme. Il faut redonner à l'être humain la possibilité d'être ce nouveau modèle. Un nouveau leadership voit le jour, il s'appuie sur les valeurs universelles telles que l'exemplarité, le respect, l'écoute de l'autre, la créativité, le don de soi, afin de révéler les potentialités énormes encore inexploitées pouvant exister chez l'être humain.

Le colloque rassemblera des acteurs et observateurs des mutations de la société et de l'économie qui ont déjà concrètement contribué à faire évoluer un certain nombre de pratiques, démontrant ainsi que d'autres approches de l'économie étaient possibles.

Organisateur : la Fondation Zermatt Summit, constituée de personnalités internationales issues du monde de l'entreprise et du milieu académique.


Intervenants :

  • Mike Hannigan, PDG de Give Something Back, entreprise qui connaît un taux de croissance important alors qu'elle repose sur une pratique particulièrement provocante : celle de donner ses bénéfices (après réinvestissement nécessaire au développement de l'entreprise). Plus encore, elle permet à ses clients de contribuer à choisir les bénéficiaires de cette redistribution.
  • François Lemarchand est le PDG de Nature et Découvertes, entreprise créée autour du concept d'aider les urbains que nous sommes à redécouvrir la nature. Ses directeurs de magasins ne sont pas seulement payés en fonction du résultat mais également en fonction de la réduction de l'empreinte écologique exercée par l'activité de l'entreprise.
  • Olivier Le Grand, directeur de BNP Paribas Personal Investors, a mis en place une réduction de ses marges sur les achats d'actions d'entreprise ayant reçu une note suffisante lors de différentes formes d'évaluations éthiques, pour inciter ses clients à investir dans de telles entreprises.
  • Tristan Lecomte a développé Alter Eco, une des principales entreprises diffusant les produits du commerce équitable en France tout en militant pour le développement de ce concept. Il s'agit d'une structure originale dont on pourrait dire qu'elle est à mi-chemin entre une ONG militante et une entreprise commerciale.
  • Arnaud Mourot est le directeur européen d'Ashoka, réseau mondial d'entreprises sociales qui à ce double statut consistant à défendre une cause humanitaire tout en étant dans l'économie de marché.
  • Elisabeth Laville, créatrice d'UTOPIES, premier cabinet français de conseil en stratégie de développement durable pour les entreprises.
  • Nouriel Roubini qui a le plus implacablement analysé et dénoncé les travers du système économique actuel en prévoyant dans le détail, avec plus de deux ans d'avance, la crise telle qu'elle s'est déroulée.
  • Hernando de Soto, économiste et fondateur à l'université de Lima et auteur du best seller : "Les mystères du capital" montrant comment le capital ne peut se cristalliser dans des pays où l'économie est illisible (pas de titre de propriété pour les maisons, pas d'existence officielle pour les entreprises, pas de possibilités pour les régulariser). L'approche originale de Soto consiste à montrer, que nous avons malheureusement réussi "à faire en Occident au plan financier ce que les pays du tiers monde font bien malgré eux au plan économique: créer une situation totalement illisible". De Soto est avec Mohammad Yunus, qui interviendra également en vidéo lors de ce colloque, l'un des deux grands économistes du tiers monde à avoir été la source de nouveaux concepts s'appliquant également en Occident, ayant ainsi pour partie inversé le sens habituel dans lequel les concepts économiques sont transférés.

Des témoins concrets de la lutte pour le développement et la justice mais aussi pour la réconciliation entre les peuples tels Monseigneur Mansour Labaky du Liban et l'activiste indienne Mallika Sarabhaï seront aussi présents.

De nombreux observateurs, critiques de la société et de l'économie actuelle, consultants à haut niveau auprès de grandes entreprises et enseignants dans les grandes écoles de commerce interviendront également : Guido Palazzo, Philippe de Woot, Mark Drewell, Jean Staune, Ted Roosevelt Malloch, Henri Claude de Bettignies. Ils montreront  à partir d'analyses théoriques et pratiques comment d'autres approches économiques sont possibles.

Enfin l'aspect spirituel, sur le sens du travail humain, sera également présent avec les interventions du cardinal  Peter Kodwo Turkson, Président du Conseil pontifical "Justice et Paix", du Père Nicolas Buttet et de Monseigneur Aldo Tolotto.

Le site de la conférence. Je m'inscris

Les commentaires sont fermés.