Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2010

Du plafond de verre aux plafonds de verre : l'inégal accès des femmes et des hommes aux emplois de direction générale des grandes collectivités territoriales

inet.jpg

Nous publions ici le contenu d'une étude réalisée en juillet 2010 par Bruno VINCENT, élève administrateur territorial et statisticien-économiste (ENSAE), avec le concours du groupe « égalité femmes-hommes » de la promotion Aimé Césaire de l’Institut national des études territoriales. Nous remercions la commission Emploi Formation Education et Luigi Poma de l'UPE06 (MEDEF)d'avoir attiré notre attention sur cette publication.

Résumé :

Au sommet de la pyramide administrative des grandes collectivités territoriales, les femmes sont fortement sous représentées : moins d’un directeur général des services sur dix est une femme et à peine plus d’un directeur général adjoint sur cinq est une femme.


Contrairement à une idéerépandue, les femmes ne font pas face, dans leur carrière professionnelle, à un unique plafond de verre mais à une multiplicité. Les inégalités d’accès entre les femmes et les hommes se reproduisent à tous les niveaux de la hiérarchie administrative : accès aux cadres d’emploi A+ d’administrateurs et d’ingénieurs en chef, emplois de DGA (notamment pour les DGA les plus grandes), emplois de DGS et enfin emplois de DGS dans les collectivités les plus grandes. Dès lors, c’est bien la métaphore d’une « pyramide des plafonds de verre » qui symbolise le mieux les inégalités d’accès répétées et cumulatives rencontrées par les femmes dans leur ascension professionnelle.

A ces plafonds de verre multiples, s’ajoute une sorte de cage de verre qui réduit l’horizon professionnel des femmes. En effet, la répartition des rôles professionnels reste très marquée par les représentations traditionnelles associées au genre des individus : les femmes sont nettement surreprésentées dans les ressources humaines tandis que les hommes sont surreprésentés dans les services techniques et les infrastructures. Les effets de vivier n’expliquent qu’une partie seulement des écarts constatés.


Cette étude s’achève sur une analyse prospective de l’évolution de la proportion de femmes dans les emplois fonctionnels dans les années à venir. La féminisation rapide et forte du vivier des administrateurs et ingénieurs en chef augure d’une augmentation probable des femmes parmi les DGA dans les décennies à venir. En revanche, l’accroissement de la proportion de femmes parmi les emplois de DGS de grandes collectivités requiert une action volontariste forte sans quoi la situation risque de n’évoluer que très lentement.

Télécharger l'étude (25 pages)

 

Les commentaires sont fermés.