Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2011

Collectif guatemaltéque Actoras de cambio : les photos pour que le viol des femmes soit reconnu comme un crime

Nous publions ci-dessous des photos transmises par le collectif Actoras de cambio, co-fondé par la française Amandine FULCHIRON, et dont la mission est de contribuer à transformer la société guatemaltèque  par la prise de conscience, pour que les viols des femmes cessent et que les relations hommes-femmes et mayas-métisses puissent s'établir d'égal à égal, et non en termes de subordination et de domination.

Ces photos ont été prises le 25 novembre 2008 à l’occasion du festival de la mémoire « Les femmes et la guerre » à Huehuetenango et également en 2010.

Contacts : Amandine FULCHIRON – email | Louison ARNAULT - email

Le mur de la honte mettant une image et un nom sur les violeurs pour qu'ils soient enfin exposés à la réprobation sociale...


Le féminicide est un grand problème au Guatemala

Lors des groupes de parole, les femmes peuvent également dessiner leurs expériences (ce ne sont pas des dessins d'enfants, elles n'ont simplement pas toujours l'habitude de tenir un stylo...). Ici, la représentation d'un massacre : les maisons en feu, la rivière rouge de sang, les massacres dans les maisons...

(Amandine Fulchiron est à droite ) Angélica Lopez, membre de l'équipe d'Actoras de Cambio cet été lors de la présentation du travail de recherche : Tejidos que lleva el alma, Memoria de las mujeres mayas sobrevivientes de violación sexual durante el conflicto armado. Ce soir-là plusieurs femmes ont témoigné dans leur propre langue, exposition de photos réalisées par Patrick Bard, photographe ayant suivi l'association lors d'un reportage au Guatemala.

De nombreuses femmes ont été violées au Guatemala durant la guerre civile, la plupart étaient Mayas.

Commentaires

message de soutien pour les femmes mayas et guatemaltèques pour continuer à vivre, à espérer, à être fortes et à contribuer au changement pour que ces pratiques de torture ne perdurent pas.
Amicalement

Écrit par : BertilleHURARD | 21/02/2011

Les commentaires sont fermés.