Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2011

Découvrez la Croatie avec Mario Gregov et Connaissance du Monde les 30/01, 01/02 ou 03/02 à Paris

logo connaissance du monde.gif

Dans le cadre de son partenariat 2010-2011 avec Connaissance du Monde, la Fédération Femmes 3000 a le plaisir de vous inviter à assister à une conférence de découverte de la Croatie :

  • croatie.jpgLe 30-01-2011 à 11:00
    Au Majestic Passy
    18, rue de Passy  Paris 16°

  • Le 01-02-2011 à 20:45
    Le 03-02-2011 à 20:45

    Au Cinéma Chaplin,
    6 rue Peclet Paris 15°

Tarif spécial Femmes 3000 pour les adhérentes à jour de leur cotisation 2011 : 1 place achetée = 1 place offerte. Tarif de la place : 9,50€ (achat directement sur place)

Lire la suite

28/01/2011

Venez rencontrer Sandra LE GRAND avec Femmes 3000 au café de Flore le 01/02 à 19h

Sandra Le Grand 2 email petit.jpgLe prochain Café de Flore de la Fédération Femmes 3000 se tiendra le

  • Mardi 1° février 2011 de 19h00 à 20h30
    Café de Flore
    172 Boulevard St Germain 75006 PARIS

Notre invitée : Sandra LE GRAND
Entrepreneuse, PDG fondatrice de CANAL CE

Elle interviendra sur le thème : Entreprendre un peu, beaucoup, passionnément !

Sandra LE GRAND nous dédicacera son ouvrage « Entreprendre un peu, beaucoup, passionnément » (éditions Télémaque) à l’issue de son intervention (livre en vente sur place).

L’invitation (cliquer sur le lien) - Je m'inscris

Possibilité de dîner sur place à l’issue.

INVITATION : Représentation des femmes dans l’entreprise : faut-il imposer des quotas ? | 2èmes Rencontres de la Diversité de la CDC avec MJ Zimmermann, Rapporteure de la loi sur les quotas de femmes (1er février 2011 à 13h – Auditorium Austerlitz 2)

Adhérentes de Femmes 3000, merci de vous inscrire auprès de Maryline KATAKAWA : Email - Tél : (06) 22 09 84 19

__________________

Dans le cadre de sa politique diversité, la Direction des Ressources Humaines de la Caisse des Dépôts a souhaité sensibiliser et impliquer ses collaborateurs en organisant une série de Rencontres de la Diversité sur les différents sites de la Caisse des dépôts.

Des personnalités emblématiques et des experts y interviennent sur les grandes thématiques de l’égalité des chances, du handicap, de l’égalité professionnelle ou de l’intégration des jeunes issus des quartiers populaires.

La 1ère Rencontre a eu lieu le 12 octobre 2010 à l’espace Corvetto et a donné l’occasion d’échanger avec Yamina Benguigui, cinéaste engagée et adjointe au Maire de Paris en charge des droits de l’homme.

Les 2èmes Rencontres de la diversité permettront de débattre sur la question des quotas de femmes dans les instances de gouvernance.

L'invitée d’honneur sera Marie-Jo Zimmermann, Députée, Présidente de la Délégation de l’Assemblée nationale aux droits des femmes et à l’origine de la proposition de loi sur les quotas de 40% de femmes dans les Conseils d’Administration, adoptée en 2ème lecture à l’Assemblée nationale le 13 janvier dernier.

Cette loi très audacieuse va modifier radicalement la gouvernance des entreprises françaises et Marie-Jo Zimmermann est une des personnalités les plus anciennement engagées sur ces questions.

Anne Guillaumat de Blignières, Conseiller du Comité de Direction, responsable de la promotion des femmes et de la parité, interviendra dans ce débat.

Date et lieu : mardi 1er février à l’auditorium Bloch-Lainé d’Austerlitz 2, au 2, avenue Pierre Mendès-France, Paris 13e

27/01/2011

Sortie de "Pour en finir avec le conflit des sexes" de Karine Lambert et Pierre-François Astor (Université de Nice Sophia Antipolis)

karine lambert livre.jpgKarine Lambert, maîtresse de conférences à l'Université de Nice Sophia Antipolis, nous a fait part de la sortie de son livre

Pour en finir avec le conflit des sexes

aux éditions du Palio.

Lire la suite

25/01/2011

Venez écouter Julia BRIAN, contralto et Katia NEMIROVITCH DANTCHENKO, piano le 6 février à 17h30 à Paris avec Autour du Piano

logo autour du piano.jpg

Dans le cadre de son partenariat 2010-2011 avec Autour du Piano, la Fédération Femmes 3000 a le plaisir de vous inviter à venir écouter Julia BRIAN, contralto et Katia NEMIROVITCH DANTCHENKO, piano qui vous interprèteront :

  • Julia BRIAN.jpgWinterreise de Franz SCHUBERT (Le voyage d'hiver)

Le 6 février à 17h30

À la Fondation Dosne-Thiers
27 Place Saint Georges
75009 Paris
Métro Saint Georges (ligne 12)

Prix des places : 20 euros
(1 place achetée = 1 place offerte pour les adhérentes Femmes 3000 à jour de leur cotisation 2011)

Lire la suite

Le trio Lehmann (piano, violon, violoncelle) le 6 février à 15h à Paris avec Autour du Piano

logo autour du piano.jpg

Dans le cadre de son partenariat 2010-2011 avec Autour du Piano, la Fédération Femmes 3000 a le plaisir de vous inviter à venir écouter le Trio LEHMANN : Nicolas BOYER, piano, Vinh PHAM, violon et Karlien BARTELS, violoncelle  

 

  • TRIO LEHMANN.jpgSur le thème Le trio des bicentenaires

Le 6 février à 15h

À la Fondation Dosne-Thiers
27 Place Saint Georges
75009 Paris
Métro Saint Georges (ligne 12)

Prix des places : 20 euros
(1 place achetée = 1 place offerte pour les adhérentes Femmes 3000 à jour de leur cotisation 2011)

Lire la suite

Récital de piano de David BISMUTH le 5 février à 20h à Paris avec Autour du Piano

logo autour du piano.jpg

Dans le cadre de son partenariat 2010-2011 avec Autour du Piano, la Fédération Femmes 3000 a le plaisir de vous inviter à venir écouter David BISMUTH pour un récital de piano 

 

  • David BISMUTH.jpgSur le thème Les derniers romantiques

Le 5 février à 20h

À la Fondation Dosne-Thiers
27 Place Saint Georges
75009 Paris
Métro Saint Georges (ligne 12)

Prix des places : 20 euros
(1 place achetée = 1 place offerte pour les adhérentes Femmes 3000 à jour de leur cotisation 2011)

Lire la suite

Récital de piano d'Augustin VOEGELE le 5 février à 15h à Paris avec Autour du Piano

logo autour du piano.jpg

Dans le cadre de son partenariat 2010-2011 avec Autour du Piano, la Fédération Femmes 3000 a le plaisir de vous inviter à venir écouter Augustin VOEGELE pour un récital de piano 

 

  • augustin voegele.jpgSur le thème Classicisme tardif & post-romantisme

Le 5 février à 15h

À la Fondation Dosne-Thiers
27 Place Saint Georges
75009 Paris
Métro Saint Georges (ligne 12)

Prix des places : 20 euros
(1 place achetée = 1 place offerte pour les adhérentes Femmes 3000 à jour de leur cotisation 2011)

Lire la suite

24/01/2011

Franc-maçonnes, francs-tireuses ? le point de vue de Denise OBERLIN, Grande Maîtresse de la Grande Loge Féminine de France

Denise OBERLIN, Grande Maîtresse de la Grande Loge Féminine de France, était l’invitée du Café de Flore de la Fédération Femmes 3000 du 1° juin 2010.

Elle est intervenue sur le thème : « Franc-maçonnes, francs-tireuses ? ».

Nous publions ci-dessous le compte-rendu de la soirée, animée par Christiane DEGRAIN. Ce compte-rendu a été rédigé par Monique RAIKOVIC.

Denis OBERLINFranc-Maçonne, actuellement Grande Maîtresse de la Grande Loge féminine de France, Denise Oberlin n’a pas accepté l’invitation de Femmes 3000 pour parler d’elle-même, mais pour esquisser à grands traits l’histoire et la démarche de la Franc- Maçonnerie féminine française, précisant d’emblée qu’en répondant ainsi à l’attente d’un auditoire féminin et profane, elle ne cherchait nullement à y faire des prosélytes !

« Ma carrière a été celle d’une femme dont les convictions ont toujours déterminé les choix. », résume-t-elle avant de consentir à répondre à l’intérêt pour sa personne exprimé par les adhérentes de Femmes 3000 réunies autour d’elle : « J’ai d’abord enseigné la Physique et la Chimie. J’ai travaillé ensuite dans des sociétés se consacrant à la définition de labels de qualité, au moment où l’on commençait à s’intéresser à cette notion en France. Puis, j’ai créé un laboratoire de dégustation, ce qu’aujourd’hui, on nomme pompeusement ‘laboratoire d’analyse sensorielle’. Ces activités m’ont amenée à me rendre dans divers pays, en Afrique entre autres. » Denise Oberlin n’en dira pas davantage sur elle-même ni sur sa vie professionnelle et, tout au long de la soirée, elle ne s’exprimera plus qu’en tant que Grande Maîtresse de la Grande Loge féminine de France, l’obédience féminine la plus importante avec ses 13 000 Sœurs réparties entre, environ, 400 loges.

De l’adoption par les obédiences masculines à l’indépendance

Reprenant l’intitulé de la soirée proposé par Ch.Degrain, « Franc-Maçonnes, francs-tireuses ? », Denise Oberlin répond que les Franc-Maçonnes ont été effectivement des francs-tireuses au sein de l’organisation de la Maçonnerie française, du fait même de leur lutte pour la création d’une obédience féminine. « Dans l’histoire de la Maçonnerie française, on trouve mention de l’initiation de femmes, des intellectuelles surtout, dès le XVIIIème siècle, explique-t-elle. Plus près de nous, au siècle dernier, le Grand Orient a créé des loges réservées aux femmes, dites loges d’adoption, lesquelles sont rapidement tombées en désuétude. Tandis que celles ouvertes un peu plus tard par la Grande Loge de France ont perduré jusqu’en 1935. Et nos Frères ont exprimé le souhait que nous prenions notre indépendance. Mais la seconde guerre mondiale s’annonçait… Pour faire bref, après la guerre, ceux et celles qui avaient survécu se sont rassemblés à nouveau. Ils se sont répandus à travers la France, les femmes initiant des femmes. Nombreuses ont été les Parisiennes qui ont ainsi initié des Provinciales et des Africaines côtoyées à Paris. L’édification de la Grande Loge féminine n’a pas été facile », conclut-elle fort sobrement.

Le temps du prosélytisme.

 Denise Oberlin s’étend plus longuement sur le développement actuel d’une Franc - Maçonnerie féminine en Europe centrale, en Afrique et au Maghreb et sur les dENISE oberlindifficultés inhérentes à cette démarche : « Je rentre de Roumanie où, avant l’instauration d’un système communiste, existait une Franc- Maçonnerie masculine. Aujourd’hui, y installer des ateliers féminins n’est pas évident, vous pouvez m’en croire ! Nous en avons quand même ouverts quelques-uns. Nous avons également essaimé au Maroc, bien entendu sous l’œil du roi. Dans ces loges, on ne mène pas de débat sur la politique ou la religion, ce qui serait inacceptable dans ce pays. Mais, nos Sœurs marocaines, se battent pour faire entendre la parole des femmes et faire évoluer leur situation. D’ailleurs, toutes exercent des professions dans le champ de l’éducation, de la formation et, toutes appartiennent à des associations. Ce sont des femmes déterminées. Nous avons aussi des ateliers dans les DOM-TOM. Et dans des pays de l’Afrique subsaharienne. Là, on continue de voir, dans la Maçonnerie, une secte où l’on pratique la sorcellerie ! Pour être une Franc Maçonne dans ces pays, il faut pouvoir tenir le choc face aux idées reçues, aux rumeurs !

« Nous œuvrons également à regrouper les obédiences féminines européennes. Si les Belges et les Suisses ont créé des obédiences qui travaillent dans des conditions similaires aux nôtres, il n’en va pas de même en Allemagne où la situation n’est pas particulièrement facile ; ni en Espagne, d’où je reviens et où j’ai entendu des discours semblables à ceux qu’on tenait en France il y a 30 ans ! Parallèlement, nous nous efforçons de nous rapprocher des femmes maçonnes d’Amérique latine qui sont très actives, notamment au Chili ; et des femmes maçonnes turques, nombreuses, mais aux prises avec de sévères difficultés. Il semblerait néanmoins, qu’elles pourraient obtenir l’autorisation de venir à nos Assemblées générales… Ce panorama succinct de nos activités à l’International montre combien les droits acquis ne le sont jamais définitivement, combien nous devons demeurer attentives aux mouvements d’opinions. »

 

« On ne sait pas toujours exactement pourquoi on entre en Maçonnerie, mais on sait toujours pourquoi on y reste »

Denise OBERLIN

Une école de vie

Bien entendu Denise Oberlin ne pouvait parler d’obédiences, d’ateliers, et, surtout, d’initiation, sans susciter les interrogations de son auditoire et devoir y répondre : « On ne sait pas toujours exactement pourquoi on entre en maçonnerie, mais on sait pourquoi on y reste, relève-t-elle. Nous ne sommes pas une secte et, rassurez-vous, nous ne faisons pas de sacrifices, ironise-t-elle ! Ce rituel de l’initiation existe depuis la plus haute Antiquité et ce, toujours avec le sens de commencement d’un cheminement nouveau pour l’individu initié. Pour l’impétrant ou l’impétrante en maçonnerie, il s’agit donc de subir quelques épreuves symboliques de purification sensées ôter les stéréotypes, les scories de leur mode de pensée. Cette initiation aide, à mon avis, à prendre conscience de soi-même en tant que personne parmi d’autres, détentrice d’une vérité qui n’en est peut-être pas une pour d’autres. Cette prise de conscience de l’altérité n’est pas facile, mais elle est toujours enrichissante. On y développe l’attention à l’autre, l’écoute de l’autre. On est tenu d’écouter jusqu’au bout la Sœur ou le Frère qui exprime une opinion contraire à la nôtre ! Alors que dans le monde extérieur personne n’écoute personne ! Là, on se pose et on aborde tranquillement les problèmes qui nous préoccupent. C’est une école de vie. Sans doute, s’accorder ainsi quelques heures de réflexion et d’échange d’idées, chaque mois, est-il un luxe aujourd’hui… Ce temps qu’on lui consacre est, en quelque sorte, la TVA de la Maçonnerie, souligne Denise Oberlin avec humour.  Dans nos assemblées sont abordés des thèmes symboliques, des thèmes philosophiques et des thèmes sociétaux. Le libre choix des dossiers à traiter est laissé à chacune. Rien n’est jamais imposé. Bien entendu, nous sommes sensibles aux problèmes de l’heure. Nous faisons circuler en interne nos travaux, parmi lesquels, il y a peu, un gros dossier sur la violence dans les lycées et dans les écoles. Nous avons créé notre Institut maçonnique féminin, cadre dans lequel des groupes travaillent actuellement sur deux sujets : « La démocratie en danger », d’une part et « La paupérisation et les femmes », d’autre part. Nous avons également une Commission qui travaille sur la laïcité, une autre sur les Droits des Femmes. Le Président du Sénat, que j’ai rencontré, est très ouvert à la défense des Droits des Femmes. Nous faisons passer nos observations aux parlementaires. D’ailleurs, ces derniers nous consultent au même titre que les représentants des divers ordres religieux. Ils ont émis le souhait que nous nous positionnions par rapport au débat sur la burqa. D’ordinaire, nous faisons descendre la question à traiter dans toutes les loges. Mais pour la burqa, par manque de temps, nous avons confié d’emblée le sujet à des Sœurs expertes en Droits des femmes. Et nous avons conclu clairement qu’il fallait légiférer. Nos avis, qui contribuent à l’élaboration de lois tant à Bruxelles qu’à la Chambre ou au Sénat, font qu’on commence à parler de nous. Et nous réfléchissons, actuellement, au moyen d’éditer et de diffuser ces réflexions plutôt que de les archiver. Sur certains sujets, nous travaillons en collaboration avec ceux de nos Frères qui nous reçoivent et viennent nous rendre visite. Il n’y a pas de guerre sur le seuil de nos portes.  D’autres de nos Frères ne nous reçoivent pas. Ce qui n’est pas un problème pour nous. »

Un laboratoire d’idées.

            Mais alors, si la Maçonnerie est si bien intégrée aux institutions de notre société française, qu’en est-il du fameux secret maçonnique ? Et pourquoi la Maçonnerie fait-elle encore peur ? Des questions qui font sourire la très positive Denise Oberlin : « Le secret du Franc- Maçon est ce qui se passe en lui, explique-t-elle. C’est le travail qui se fait en moi. Aussi, quand j’entends parler du secret qui serait détenu par les Francs-Maçons et que tout le monde voudrait leur arracher…  Denise Oberlin, ne dit pas si ces propos l’amusent ou bien l’agacent. Par contre, il est important de se montrer discret, continue-t-elle. Chacun est libre de se révéler ou non. Mais, dans certains pays, il vaut mieux être discret sur le sujet de son appartenance à une obédience, la Franc- Maçonnerie étant toujours mal vue par les pouvoirs autoritaires, quels qu’ils soient. Et ce, parce que nous sommes un laboratoire d’idées, justement. Que des pouvoirs, des idéologues aient peur de la Franc- Maçonnerie se comprend aisément. Mais que des individus libres et éclairés en aient peur !... Personnellement, je n’ai pas peur de la Franc- Maçonnerie, ajoute-t-elle drôlement. Mais, poursuit-elle, ce caractère de société prétendument secrète et puissante, permet aux média, en sortant épisodiquement des « marronniers », d’accroître leur audition et leurs bénéfices en périodes creuses. Je conserve quelques-uns de ces marronniers qui ont été publiés, il y a vingt ans ! Et, il n’y a pas longtemps, le magazine l’Express a encore eu recours à ce stratagème commercial ! Nous ne sommes pas des êtres parfaits, mais des individus qui nous efforçons de nous perfectionner. Il est donc toujours possible de trouver à relater quelques petits scandales, qui, généralement, concernent des obédiences masculines. Par contre, on ne raconte jamais ce qui va bien ! Une journaliste, à qui j’avais proposé un article sur mon obédience féminine, m’a répondu que son Directeur de Rédaction ne l’accepterait pas parce que le bon fonctionnement de cette obédience ne serait pas ‘vendeur’ » !

Profil et « travail » de la Franc Maçonne d’aujourd’hui

            Si la Franc-Maçonnerie française n’a rien d’une société secrète, n’est-elle pas, néanmoins, assez puissante socialement pour s’avérer un bon accélérateur de carrière, ont encore demandé les auditrices de Femmes 3000 à Denise Oberlin, laquelle répond sans hésiter « Cela a été vrai au sein d’une obédience, où, il y a un certain nombre d’années, des individus ne se sont pas comportés en Maçons dignes de ce nom. Il en reste des images appliquées à l’ensemble de la Maçonnerie. Il ne faut attacher à ce phénomène que l’importance qu’il mérite. Sinon, il est bien évident que, dans une entreprise, un employeur franc-maçon donnera la préférence à un candidat franc-maçon. De même se forment quelquefois des réseaux. Il ne faut pas se voiler la face. Mais, plus généralement, celui qui chercherait, dans la Franc-Maçonnerie, uniquement un ascenseur social, risquerait fort d’être déçu ! Nous avons des Sœurs qui sont au chômage ! »

            Et quel est le profil d’une Franc Maçonne appartenant à la Grande Loge féminine de France, en 2010 ? Denise Oberlin, si discrète sur elle-même, décrit avec enthousiasme : « Des femmes d’âge moyen de 40-45 ans, qui mènent de front, tambour battant, vie professionnelle, vie familiale et vie maçonnique ! » Elle admet volontiers que les représentantes des catégories socioprofessionnelles modestes sont rares. « Quand on ouvre un atelier à l’étranger, nos premières adhérentes sont généralement des médecins, des intellectuelles. Il est exceptionnel qu’il s’agisse d’ouvrières », relate-t-elle. Pourtant, précise-t-elle, « Nous n’avons pas de critère de sélection à l’entrée. Il faut seulement avoir atteint l’âge légal de la majorité, n’appartenir à aucun mouvement extrémiste, ni même se revendiquer d’une idéologie extrémiste, ce qui serait rédhibitoire. Les tendances politiques attribuées aux différentes obédiences françaises relèvent plutôt de stéréotypes. Ainsi une tendance à gauche est attribuée au Grand Orient de France, sans doute parce que, plus que les autres Obédiences, Il a rendu publics ses travaux sur la société. Nous avons des Sœurs de tous âges et de toutes croyances. Chaque franchissement de grade oblige à la présentation d’un travail, preuve que la Maçonne a appris à faire bon usage des outils qu’elle a trouvés en entrant dans la Franc- Maçonnerie. Bien entendu, il est toujours possible de démissionner. Nous ne retenons personne ! Un renvoi ne se justifie qu’en cas de conduite indigne, tels des comportements délictueux ou une inscription sur des listes électorales ne correspondant pas aux idéaux que nous défendons. Pour une Sœur, en cas de condamnation pénale, mieux vaut avoir l’élégance de démissionner avant que d’être exclue ! »

            Quant à la question de la mixité ou de la non-mixité, Denise Oberlin n’y voit qu’« Un choix qui relève de l’intime. Si on quitte une obédience parce qu’elle devient mixte, il ne s’agit que de l’exercice de son libre choix, ce qui ne signifie par forcément un rejet de l’autre. »

            Et, avant de quitter ses auditrices, adhérentes de Femmes 3000, Denise Oberlin a évoqué un projet qui lui tient à cœur « Je souhaite vraiment qu’à la Grande Loge féminine de France, nous initions une réflexion sur les jeunes d’aujourd’hui qui sont en quête de sens ; que nous réfléchissions à ce que nous pouvons leur apporter. » Un projet qui ne saurait laisser indifférentes des Femmes du… troisième millénaire !

 

Monique RAIKOVIC

21/01/2011

Ventes privées exceptionnelles ! Rendez vous au Showroom Jean-Luc François, partenaire de Femmes 3000

 

JLF2011_01.jpg

20/01/2011

Et si vous alliez au théâtre ce soir ? Rose pour les filles et bleu pour les garçons

La cid:image002.jpg@01CBB675.69E6BFB0Compagnie Confidences à le plaisir d’inviter les adhérentes de Femmes 3000 à découvrir sa nouvelle création

« Rose pour les filles et bleu pour les garçons » 

Tarif exceptionnel de 5 €

Représentations

  • Au Petit Théâtre Odyssée à l'Escale, 25 rue de la Gare - 92300 Levallois-Perret
    Du mardi 1er au samedi 5 février 2011 à 20H30
     et le dimanche 6 février à 16H
  • Au Théâtre Berthelot, 6 rue Marcellin Berthelot - 93100 Montreuil
    Le jeudi 10 mars 2011 à 20H30
     et le vendredi 11 mars à 14H30 et à 20h30 

Je réserve ma place | Le programme

Lire la suite

Guayapi, 20 ans d'éthique en faveur de la préservation de la nature et des hommes

Fondée en 1990 par Claudie RAVEL, adhérente de Femmes 3000, Guayapi est née de rencontres et de passions.

Guayapi a pour vocation la reconnaissance, la valorisation et la distribution des plantes de cueillette sauvage en provenance d’Amazonie et du Sri Lanka : leurs terres d'origine, sous forme de compléments et produits alimentaires (boissons, épices, chocolat…) ou encore une ligne de cosm'ethics naturels certifiés et labélisés. Depuis 1990, Guayapi s’attache à respecter rigoureusement 3 critères fondamentaux : biologique, environnemental (biodiversité, restauration des écosystèmes) et social (principes du commerce équitable), elle a également pour but d’approfondir la recherche en phytothérapie sur ces territoires, et d’établir avec les populations locales un contrat humain et commercial éthique.

En lançant tout d'abord le Warana sur le marché européen, la société a progressivement élargi sa gamme de plantes de cueillette sauvage en provenance d'Amazonie et du Sri Lanka distribuées sous forme de compléments et produits alimentaires ainsi qu'une ligne de cosm'ethics. Très sensible aux enjeux environnementaux et aux valeurs sociales, Claudie Ravel a noué un partenariat avec une tribu vivant au cœur de l’Amazonie : les Sateré Mawé. La société entretient des liens privilégiés avec celle-ci, allant bien au-delà d’une simple relation commerciale. A son échelle, Claudie Ravel soutient la tribu des Sateré Mawé dans leur combat quotidien afin de préserver leur identité, leur culture, leur territoire. Guayapi privilégie les savoir-faire traditionnels respectant la plante et bannissant tout procédé de transformation chimique, via l’observation des populations locales et la réadaptation à notre société occidentale par son équipe scientifique.

En savoir plus : Dossier d’éthique. Dossier de presse

Contact : Email - Web

 

19/01/2011

Diversité du capital humain et performance de l'entreprise : résultats d'une étude réalisée par Goodwill Management pour IMS-Entreprendre pour la Cité : La féminisation de l’entreprise à tous les niveaux hiérarchiques est rentable jusqu’à la parité.

ims.jpgSelon une étude inédite réalisée en 11/2010 par Goodwill Management pour IMS‐Entreprendre pour la Cité, la diversité des ressources humaines a un impact sur la performance économique de l’entreprise.

Commandée par IMS Entreprendre pour la Cité et réalisée en partenariat avec AXA, L'OREAL, ORANGE et VINCI, cette étude démontre que la diversité, lorsqu'elle est managée, a un impact positif sur la performance économique de l'entreprise.

Sur la base d'une cartographie innovante modélisant les facteurs pouvant impacter la productivité, Goodwill Management a évalué l'influence des différentes catégories du capital humain : genre, âge, handicap, nationalité ou origine ethnique, sur cette productivité.

Au chapitre Femmes, les conclusions sont les suivantes : La féminisation de l’entreprise à tous les niveaux hiérarchiques est rentable jusqu’à la parité.

  • Le niveau moyen de motivation des femmes est supérieur à celui des hommes
  • Leur niveau de compétence est supérieur de 10 % à celui des hommes sur la moitié des tâches que l‟entreprise confie à ses salariés.
  • Elles sont un peu moins stressées et « craquent » un peu moins souvent que les hommes
  • Il n‟y a pas de différences d‟absentéisme (sauf pour les femmes seniors ce qui est déjà pris en compte dans la section Senior)
  • La maternité coûte à l‟entreprise sur la durée de la carrière en moyenne 2,8 % de temps rémunéré mais improductif
  • Il n‟y a pas de différence de turn-over

Télécharger l'étude

17/01/2011

Collectif guatemaltéque Actoras de cambio : les photos pour que le viol des femmes soit reconnu comme un crime

Nous publions ci-dessous des photos transmises par le collectif Actoras de cambio, co-fondé par la française Amandine FULCHIRON, et dont la mission est de contribuer à transformer la société guatemaltèque  par la prise de conscience, pour que les viols des femmes cessent et que les relations hommes-femmes et mayas-métisses puissent s'établir d'égal à égal, et non en termes de subordination et de domination.

Ces photos ont été prises le 25 novembre 2008 à l’occasion du festival de la mémoire « Les femmes et la guerre » à Huehuetenango et également en 2010.

Contacts : Amandine FULCHIRON – email | Louison ARNAULT - email

Le mur de la honte mettant une image et un nom sur les violeurs pour qu'ils soient enfin exposés à la réprobation sociale...

Lire la suite

16/01/2011

Le viol comme arme de guerre, le point de vue du collectif Actoras de cambio (Guatemala)

Amandine FULCHIRON, co-fondatrice en 2003 au Guatemala du Collectif Actoras de Cambio, fait partie des nominées au Trophée Femmes & Initiatives Culturelles et Sociales.

Au Guatemala, les femmes vivent dans la peur d’être torturées, violées, voire assassinées. Amandine Fulchiron, observatrice de cet état de fait, décide de créer en 2003 un collectif féministe d’engagement solidaire : Colectiva Actionas de Cambio. Un véritable défi de la part d’Amandine mais aussi des adhérentes du collectif, Françaises, Guatémaltèques et Mayas, toutes féministes, dans un pays où les crimes sexuels bénéficient d’une immunité totale. Après trois années d’accompagnement, ces femmes ont compris ce que recouvrait l’acte de viol : une véritable arme de guerre utilisée pour les contraindre dans la soumission. Ainsi elles mesurent mieux la dimension politique du problème, ce qui les encourage à le combattre.

Nous publions ci-dessous un texte rédigé par Louison Arnault, stagiaire auprès de l'association durant l'été 2010. Ce texte a été lu par son auteure  l’occasion de la soirée de remise des Trophées Femmes 3000 au Sénat le 19/11/2010.

Lire la suite