Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2011

DES TUTRICES POUR AIDER LES FEMMES ENTREPRENEURS A BIEN DEMARRER

 

Un nouveau réseau européen de tutrices visant à promouvoir l’esprit d’entreprise féminin par le partage de savoir-faire et d’expérience a été lancé par la Commission européenne. Les femmes ne représentent que 34,4 % des personnes exerçant une activité indépendante en Europe. Pour accroître cette proportion, des femmes chefs d’entreprise qui ont réussi aideront des femmes entrepreneurs ayant créé une entreprise deux à quatre ans auparavant. Ces tutrices donneront à ces nouvelles chefs d’entreprise des conseils concrets sur la manière de gérer et de faire croître leur société dans cette phase précoce et critique de son activité, les aideront à développer les compétences non techniques nécessaires et leur apporteront un accompagnement personnalisé.

 


 

L’esprit d’entreprise s’adapte bien aux choix de vie des femmes, en leur donnant notamment une flexibilité qui leur permet de concilier vie privée et vie professionnelle, plus particulièrement en ce qui concerne l’horaire et le lieu de travail. De plus, en raison de la crise économique, beaucoup de femmes qui ont perdu leur emploi pourraient utiliser leurs compétences et connaissances, fonder leur entreprise et créer leur propre emploi.

 

Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne chargé de l’industrie et de l’entrepreneuriat, a déclaré: «Il est clair que la créativité et le potentiel entrepreneurial des femmes sont les sources de croissance économique et d’emploi les moins exploitées et qu’ils devraient être encore mieux utilisés en Europe. Nous ne pouvons pas nous passer de ce potentiel dans une période de crise. L’augmentation du nombre de chefs d’entreprise féminins donnera plus de responsabilités aux femmes sur le plan économique et profitera à la croissance».

 

Les tutrices sont sélectionnées parmi les chefs d’entreprise (les hommes ne sont pas exclus) qui sont personnellement propriétaires d’une PME et la dirigent avec succès depuis au moins cinq ans, sont conscients des défis spécifiques auxquels les femmes entrepreneurs sont confrontées, sont prêts et disposés à partager leurs connaissances et leur savoir-faire avec leurs tutorées sur une base bénévole (c’est‑à‑dire sans rémunération), sont disponibles pour les rencontrer régulièrement sur une période minimale d’un an et sont prêts à assurer au moins deux tutorats. Les tutrices rencontrent régulièrement leurs tutorées, discutent avec elles des problèmes tant courants que stratégiques auxquels elles doivent faire face dans la gestion de leur entreprise et les aident à acquérir les connaissances, les compétences, la confiance et l’état d’esprit nécessaires. Pour éviter les conflits d’intérêt, les tutrices n’ont pas le droit de détenir un intérêt financier dans l’entreprise de leurs tutorées.

 

Le Réseau européen de tutrices pour femmes entrepreneurs est l’une des actions proposées dans le cadre du réexamen 2011 du «Small Business Act» pour l’Europe. Il couvrira 17 pays (Albanie, Belgique, Chypre, ARYM, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Monténégro, Pays-Bas, Roumanie, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Turquie et Royaume-Uni).

 

 

 

Pour de plus amples informations

 

http://ec.europa.eu/enterprise/policies/sme/promoting-entrepreneurship/women/portal/index_en.htm

 

Texte complet sous la référence : IP/11/1350 ; sur http://europa.eu/rapid/searchAction.do

 

Les commentaires sont fermés.