Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2012

Saïda DOUKI DEDIEU, Professeur émérite de psychiatrie, café de Flore du 2 ocotbre

 
Chères amies, chers amis, 
venez rencontrer
Saïda DOUKI DEDIEU, Professeur émérite de psychiatrie
 
 
le mardi 02 octobre 2012
de 19h à 20h30
172 boulevard St Germain - 75006 PARIS
(Parking St Germain en face)
 
 
Née en 1948, Saïda DOUKI DEDIEU est professeur émérite de psychiatrie à la faculté de médecine de Tunis et professeur associée à la faculté de médecine de Lyon.
La qualité de ses travaux l’a amenée à occuper d’importantes fonctions dans le secteur de la psychiatrie en Tunisie. Très active, elle participe à la création de la Société tunisienne de psychiatrie et du Forum bipolaire tunisien qu’elle préside pendant des années. Elle présidera aussi La Fédération des psychiatres arabes et le Congrès de Psychiatrie et de Neurologie de Langue Française. Elle est membre de l’Association américaine de psychiatrie ; du Comité de lecture international de la revue “L’Encéphale”…
Elle est l’auteure de plus de trois cents publications et communications : la santé mentale des migrants, des femmes ; les attentats-suicides et suicides ; l’usage des psychotropes chez le sujet âgé...
Commandeur de l’Ordre de la République et récipiendaire de la médaille du mérite de la Santé Publique et de l’Education Nationale, Saïda Douki vient nous présenter son analyse de la situation des femmes aujourd’hui. L’amélioration de la condition et de la santé des femmes particulièrement dans le monde musulman est le combat de sa vie. 
 
Cette soirée sera animée par la journaliste Agnès de Préville.
 
Possibilité de dîner sur place à l’issue.
Retrouvez nous nombreuses et nombreux et n’hésitez pas à inviter vos ami(e)s. 

Commentaires

Bonjour

Auriez vous le email de Mme Douki, nous avons besoin de l'inviter à un congrès mais n'arrivons pas à la contacter

Par avance merci

Écrit par : Mazurek Hubert | 16/02/2015

Les commentaires sont fermés.