Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2014

Portrait de Brigitte Kieffer, femme de science

Brigitte KIEFFER.jpg

Brigitte Kieffer, neurobiologiste, est directrice scientifique du Centre de recherche de l'Institut Douglas, à Montréal, professeure à l’université de Strasbourg et directeur d’une équipe à l'Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire, à Illkirch.

Ci-dessous son portait, par Isabelle Bourdial (email)

Si vous vous êtes récemment rendue à Paris-Charles de Gaulle ou à Orly, vous avez peut-être croisé son regard. Sa silhouette altière, son visage grave et serein qu'encadrent de longues mèches poivre et sel auront immanquablement retenu votre attention. Son portrait, exposé en grand dans les aéroports parisiens, prend place dans une exposition consacrée aux cinq lauréates du prix L'Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science. Brigitte Kieffer vient en effet de recevoir cette récompense prestigieuse qui distingue chaque année cinq femmes scientifiques, une par continent. L'édition 2014 met ainsi à l'honneur une grande neurobiologiste française, à l'origine d'une découverte qui a révolutionné la recherche sur les mécanismes de la douleur et des addictions. Cette chercheuse d'exception revient volontiers sur son parcours, et répond sans détour à nos questions. Enfant, éprouvait-elle de l'attirance pour les matières scientifiques? Elle se reconnaît une inclination naturelle pour les sciences, mais évite de parler de vocation et avoue en toute simplicité qu'elle n'avait aucune idée de ce qu'était un chercheur.

Lire la suite

27/12/2013

Maria-Luisa de CONTES (Espagne), lauréate du trophée Entrepreneuriat responsable. Edition 2013 des Trophées Femmes 3000

Photo Daniele Taulin-Hommell (11).jpg

Le Trophée Entrepreneuriat responsable de l'édition 2013 des Trophées Femmes 3000 a été attribué à Maria-Luisa de CONTES, Française installée en Espagne, pour la mise en place, en 2010, de la plateforme de collaboration « Forum des femmes Dialogo » au sein de l’association d’amitié hispano-française Dialogo. Composé de femmes provenant de différents secteurs (juridique, entrepreneurial, diplomatique, scientifique, politique, universitaire, etc.), le Forum des femmes Dialogo contribue à faciliter les relations de coopération entre les deux pays.

Découvrez le portrait de Maria-Luisa de Contes par Isabelle Bourdial

Maria-Luisa de Contes, citoyenne du monde

Son histoire avec la France commence en 1973. Cette année-là, Maria Luisa de Contes se voit proposer par sa marraine, qui veut fuir le régime franquiste, de l'accompagner dans son exil. « Je n'ai pas hésité», se souvient la lauréate du Trophée Femmes 3000. « C'est ainsi que j'ai quitté l'Espagne pour venir vivre à Paris. J'avais 19 ans. Pourquoi la France? C'était le pays de référence à la fois en matière de démocratie et de culture.» Car Maria Luisa de Contes est la filleule de la duchesse de Medina Sidonia, plus connue sous le nom de Duchesse rouge, Grande d'Espagne qui fit de la prison pour s'être s'opposée à Franco. Une fois installée, elle s'inscrit à l’Université Panthéon-Assas pour suivre ses études de droit, tout en poursuivant des études de droit espagnol à l’UNED (Université Nationale d’études par correspondance).

Crédit photo : Danièle TAULIN HOMMEL

Lire la suite

26/12/2013

Marie-Luce PARIS (Irlande), lauréate du trophée Initiatives Culturelles. Edition 2013 des Trophées Femmes 3000

Marie-Luce PARIS CP.jpg

Le Trophée Initiatives Culturelles de l'édition 2013 des Trophées Femmes 3000 a été attribué à Marie-Luce PARIS, Française installée en Irlande,  pour la mise en place (dès 2005), le pilotage et aujourd’hui le conseil pédagogique de deux programmes universitaires de l’University College de Dublin, qui intègrent l’apprentissage du droit français (droit substantiel et terminologie) et celui de la langue française dans les études de droit irlandais :

● le Bachelor of Civil Law with French Law (BCL Law with French Law)

● et le Bachelor of Civil Law/ Maîtrise (BCL/M).

L’objectif de ces deux programmes est de former des étudiants bilingues ayant une double culture juridique, celle de common law et celle de droit civil, les rendant ainsi capables de travailler à l’international et particulièrement en milieu européen (institutions de l’Union européenne et du Conseil de l’Europe).

Découvrez le portrait de Marie-Luce Paris par Hélène Delmotte

Marie-Luce Paris, europtimiste !

Marie-Luce Paris le reconnaît d’emblée : « il n’est pas fréquent de voir des jeunes femmes voyager comme je le fais ». 

Après avoir grandi à Fontenay-le-Fleury, près de Versailles, elle ressent, dès l’université, l’envie de partir à l’étranger. « Au départ, je voulais suivre mon mari. Issu d’une famille qui a des attaches partout dans le monde, il a toujours eu envie de partir à la découverte du monde », confie-t-elle. Finalement, ce sera lui qui suivra Marie-Luce à Dublin en octobre 2000.
Cette année-là, alors qu’elle effectue des recherches à l’Académie de droit public européen en Grèce, l’University College de Dublin lui propose d’enseigner le droit dans le cadre du programme « Bachelor of civil law with French law ». « J’étais seconde sur la short list car trop jeune pour le poste. Mais celle qui avait été recrutée s’est désistée », explique-t-elle. Elle assurera quelques années plus tard la mise en place, le pilotage et le conseil pédagogique d’un second programme, le « Bachelor of civil law/Maîtrise », un double diplôme qui donne un équivalent master. 

Lire la suite

25/12/2013

Nathalie DAVID (Roumanie), lauréate du trophée Équité. Edition 2013 des Trophées Femmes 3000

Photo Daniele Taulin-Hommell (5).jpg

Le Trophée Équité de l'édition 2013 des Trophées Femmes 3000 a été attribué à Nathalie DAVID, Française installée en Roumanie, pour son initiative CASIOPEEA, association créée en 2010 dont la mission est la sensibilisation des hommes, des femmes et des jeunes filles au dépistage précoce du cancer du sein.

Pour ce faire, CASIOPEEA organise régulièrement une course et une marche permettant de remettre à chaque adulte inscrit un voucher pour une échographie mammaire gratuite et d'offrir, à partir des fonds collectés le jour de la course, des prothèses aux femmes ayant subi une ablation du sein.

Ci-dessous son portrait par Fabienne Prévot

Nathalie David, une femme en marche

Cassiopea est une  constellation porteuse d’espoir, mais aussi   symbole de combat : toute une histoire. « Nous qui sommes en bonne santé, ne pouvons-nous pas donner un peu de temps et d’argent à ceux qui sont malades ?» C’est par ces mots que Nathalie David exprime ce qui la motive et les défis à relever.

Crédit photo : Danièle TAULIN-HOMME

Lire la suite

23/12/2013

Le n°43 du Journal Femmes 3000 est paru : numéro spécial Femmes & Europe

Au sommaire :

  • Edito : Ces femmes qui font l'Europe, par Valérie Blanchot Courtois
  • L'Europe avant l'union : Madame de Staël
  • L'Europe et ses institutions : Annie Houtmann & Danièle Jourdain Menninger
  • L'Europe politique : Sophie Auconie & Roza Thun
  • L'Europe de la connaissance : Catherine Cesarsky, Marie-Luce Paris & Digression sur Pulsions du temps de Julia Kristeva
  • L'Europe entreprenante : Laurence Aubron, Maria Harti, Nathalie David & Maria-Luisa de Contes
  • L'Europe des arts : Ania Guillaume Pabis & Guil
  • Femmes 3000 en régions : le best of 2013
  • Les femmes & l'Europe : le triptyque de Françoise Neveu


Cliquez ci-dessous pour découvrir le n°43 du Journal Femmes 3000 en le feuilletant en ligne (Cliquer sur l'icône en bas à droite pour le feuilleter en pleine page)

Télécharger la version pdf

 

Magazine créé avec Madmagz.

01/12/2013

L'histoire de la langue française, par Jacky Morelle

Pour communiquer avec l'auteure : email | Jacky Morelle est adhérente de Femmes 3000 en Ile de France.

______________________

L'histoire de la langue française, par Jacky Morelle

D’où vient notre langue ?

L’histoire de la langue française remonte à la nuit des temps et constitue une véritable fresque romanesque, riche de milliers d’êtres, de crises et de rebondissements.

Fixons-en arbitrairement l’origine à l’époque où la France s’appelait la Gaule. Elle possédait déjà une civilisation à elle qui utilisait une langue dont il ne reste que peu d’inscriptions gravées dans la pierre ou le métal, presque indéchiffrables : « la tablette de Chamalières », « le calendrier de Coligny ». Il nous reste environ cent cinquante mots gaulois  venus essentiellement du monde rural (balai, bruyère, lande, chemin, arpent, sillon, tonneau, chêne, suie, talus…).

Dans la Gaule romaine, un dialecte s’élabore, issu de l’argot soldatesque mêlé aux patois autochtones, et simplifié pour les besoins d’une communication utilitaire. A la suite des Romains, la Gaule est occupée par les Francs, mais ils sont surtout restés au nord de la Loire, tandis que le sud gardait les traditions romaines. L’influence de la langue des Francs a été si importante qu’elle a contribué à former les deux grandes zones qui séparent la langue française encore de nos jours : celle où l’on disait oil, là où Clovis (465-Paris 511) a fait son royaume, et celle où l’on disait oc, au sud, là où l’influence romaine a été la plus forte. (C’étaient les deux manières de dire « oui »). Dans une troisième zone, qu’on appelle « franco- provençale », et qui se situe entre les deux, autour de Lyon, Grenoble et Genève, on trouve les deux influences, germanique et latine.

Lire la suite

29/11/2013

L’autre comme alphabet, par Françoise Neveu

Pour communiquer avec l'auteure : email | Françoise Neveu est adhérente de Femmes 3000 en Ile de France.

L’autre comme alphabet

Françoise Neveu

Peut-être l’autre peut-il aussi s’habiller comme un alphabet.

Nous apparaître comme alphabet.

Peut-être la lecture, si cet enfant s’en empare ainsi et si adulte il arrive qu’elle plaise tellement, est-elle d’emblée un accès à l’autre ?

Peut-être le signe, tracé, dessiné, écrit sur les murs, à l’écran ou sur le papier, est-il d’emblée un signe que nous ferait quelqu’un d’autre pour nous dire : « Hey ! Ecoute ! Ecoute-moi, j’ai quelque chose à te dire », quelqu’un d’autre de l’autre côté de la rue qui nous fait un signe de la main et qui a quelque chose à nous donner.

Avant même qu’on sache quoi.

Avant même qu’on sache de quoi il s’agit, un signe tracé est la marque, indubitable, inébranlable, dont on ne peut plus en aucun cas douter, de l’existence de quelqu’un d’autre. Quelqu’un d’autre que moi avec qui, d’emblée je vais pouvoir converser ; même en silence ; même en n’en parlant à personne d’autre.

Nous avons même cette certitude, puisque c’est nous qui le lisons, c’est nous qui interprétons le signe, c’est nous et nous seuls qui lui attribuons, réinjectons un sens, son sens, nous sommes certains que c’est à moi et à moi seul, sans aucune forme de confusion possible à cet instant même, que cet autre comme un signe s’adresse.

Lorsque je lis le signe de l’autre, le signe écrit par l’autre, le signe tracé par l’autre, sa trace, je suis certain d’être moi.

Lire la suite

20/08/2013

Ces femmes qui font l'Europe (10) : Rencontre avec Laurence AUBRON, fondatrice d’EuradioNantes, Eur@dioNantes, l’Europe vue d’une autre oreille

Bando Ces femmes qui font l'Europe v2.jpg

Eur@dioNantes, l’Europe vue d’une autre oreille
Rencontre avec Laurence AUBRON, fondatrice d’Euradionantes

Lorsque l’on réfléchit aux femmes qui font l’Europe, on pense tout d’abord aux femmes politiques car elles ont le pouvoir de faire changer les choses, puis aux citoyennes, car elles sont les premières concernées au quotidien par les avancées de l’Europe.

On pense ensuite aux femmes des médias chargés de faire comprendre d’informer, de relayer vers l’opinion publique, et peut-être même de prendre position …

Mais quel type  de média choisir ? Un média existant avant l’Europe et qui développe une rubrique sur ce sujet ? Un média d’un des pays européens pour mieux suivre son actualité et  ses engagements au  sein de l’Europe ? Ou un média créé dans une dimension européenne ?

C’est en fait ce dernier type que j’ai choisi de vous faire découvrir : une radio, dont le siège est à Nantes et qui ne compte pas moins de 20 nationalités en son sein.

Son nom, Eur@dioNantes, dit tout, et son slogan « L’Europe vue d’une autre oreille », aussi.

Laurence AUBRON.jpgRencontre découverte avec la fondatrice de cette radio un peu spéciale, Laurence AUBRON.

Fabienne PREVOT : Laurence, Tu peux nous parler un peu de ton parcours ? 

Laurence AUBRON : Je suis arrivée tard à la radio, mon parcours n’est pas linéaire. Je viens d’un milieu populaire où il faut travailler pour payer ses études. Je devais initialement être prof d’anglais. Après avoir loupé le bac, je suis partie aux Etats-Unis quelque temps. A mon retour, je fais des jobs saisonniers dans la région (récoltes, serveuse, ...). Et puis je me dis : « Ce n’est pas possible, je ne vais pas passer ma vie à  être serveuse ! »

Je dis alors à ma mère : tu as raison je vais repasser le bac, c’est compliqué mais c’est possible. Je l’obtiens et puis je cherche un job.

Un jour, tu traverses un couloir et tu entends qu’au bout de ce couloir, il y a une radio associative qui émets, tu ouvres la porte, et là tu découvres que c’est juste tout ce que tu veux faire. Et tu te dis : je veux faire ça ! Voilà comment je suis arrivée chez Jet FM !

C’est ce que, inconsciemment, tu as toujours rêvé de faire : tu as trouvé ta voie !

Lire la suite

13/08/2013

Ces femmes qui font l'Europe (9) : Ania GUILLAUME PABIS, artiste peintre, un hymne à la beauté

Bando Ces femmes qui font l'Europe v2.jpg

Ania Guillaume Pabis est une artiste d'origine polonaise installée à Monaco et reconnue internationalement.

Jacky Morelle nous en trace le portrait ci-dessous. Elle l'a également interrogée sur sa relation à l'Europe.

Ania, tu es reconnue internationalement en tant qu'artiste. Que représente l'Europe pour toi en termes d'opportunités ?

AGP : Depuis ma petite enfance je suis Européenne. J'ai vécu en Pologne, en Tchécoslovaquie, en Angleterre et surtout en Belgique. Pour moi, l'Europe a toujours été une unité en soi grâce à  ma vie dans tous ces pays.

Ya -t-il des pays européens qui apprécient plus particulièrement tes œuvres?

AGP : J'expose beaucoup au Japon (mais ce n'est pas l'Europe!!!). En Europe, c'est surtout la sensibilité des personnes qui me poussent dans une voie ou dans une autre.

S'il y avait une chose à faire pour rendre l'Europe plus accessible aux yeux des citoyens, quelle serait-elle?

AGP : En général les artistes voyageaient et voyagent toujours beaucoup... Pour les jeunes, on a créé Erasmus, ce programme d'échange d'étudiants et d'enseignants entre les universités et les grandes écoles européennes. Les étudiants peuvent effectuer une partie de leurs études dans un autre pays européen. Il faudrait penser à envisager une chose similaire pour nos dirigeants politiques.

Portrait d'Ania Pabis Guillaume par Jacky Morelle

ANIA GUILLAUME  PABIS 2.JPGAnia Guillaume Pabis est d’origine polonaise. Grâce à une grand- mère peintre et une mère passionnée par la nature, elle a appris très jeune à rapprocher le beau naturel et le beau artistique.

Ania est à la fois sculpteur, peintre et céramiste. Ses œuvres ont été exposées en France, en Belgique, en  Pologne, en Chine et au Japon. C’est une grande artiste internationale.

Sa peinture est un hymne à la beauté. L’influence orientale est évidente dans les vagues géantes sur fond d’or et la sinuosité des troncs d’arbres. C’est pour elle une manière d’attirer l’oeil du spectateur et de l’entraîner dans son univers fait de rêves, d’idées, d’âme et d’infini. Ses toiles sont de véritables bouffées d’émotion. La contemplation de ses œuvres déclenche en nous l’amour du beau. Ce qui est beau touche, charme et transporte.

Lire la suite

07/08/2013

Ces femmes qui font l'Europe (8) : Máriangeles Lazaro GUIL, sculptrice espagnole. Son poème. Par Françoise Neveu

Bando Ces femmes qui font l'Europe v2.jpg

La sculptrice espagnole Máriangeles Lazaro GUIL, dite GUIL, est l'artiste lauréate de l’appel à projets lancé par Femmes 3000 en janvier 2013 pour la réalisation des trophées qui seront remises aux 3 lauréates de l'édition 2013 des Trophées Femmes 3000 le 15 novembre 2013 en soirée au Sénat à Paris.

Nous vous offrons ci-dessous un portrait sous une forme originale : un poème, qui a été créé par Françoise NeveuPoète, coach (HEC©), peintre et adhérente Femmes 3000 (email).

Les photos ont été réalisées par Danièle Taulin-Hommel, photographe, adhérente Femmes 3000 également. (email)

______________________

Máriangeles Lazaro GUIL, Son poème

« Comment t’appelles-tu ? »

« GUIL »

« Comment ça se prononce ? »

« Gué, hu, hi, ell! ¡Ha ha! »

GUIL par Danièle Taulin-Hommell.jpgÇa se prononce comme on veut. Ca s’écrit GUIL, G U I L, c’est comme ça qu’elle s’appelle. Et elle est sculptrice. Ça, elle y tient. Sculptrice.

Elle dit. « Des gens me disent : c’est pas beau, on dirait un adjectif. ¿Comment un adjectif?  C’est un substantif, ¿non? !Bien sûr c’est un substantif! »

Comment dire. C’est même plutôt plus proche de la transubstantiation. Lorsque Guil arrive, c’est la joie qui sort de sa voiture qu’elle vient de garer sur cette petite place en triangle au cœur de poumon vert du square Le Gall à Paris 13ème, avec ses 6 arbres et ses 3 bancs. On dirait que le centre est décalé. On dirait, comment dire, on y croit, c’est comme si le centre de gravité du lieu prenait d’un coup sa vraie place, portant sa vie. Ce n’est plus le centre absolu défini comme j’en avais l’habitude par des calculs ; non. Comment dire : c’est devenu visiblement le centre relatif portant la vie du lieu, d’où elle part, situé quelque part en géométrie sous terre, à l’endroit du point où ces forces se rejoignent qui font palpiter l’air, dehors, qu’elles habitent.


Les forces relatives, les forces de la relation, les forces de cette vie font vivre l’espace où nous vivons et se, nous, traduisent, en lignes et en couleurs dans l’oeuvre de GUIL.

Elle transporte avec elle, en elle, ce qu’elle travaille.

La place prend la forme et la couleur de ce qui se vit entre soi et ce qui s’y trouve, et réciproquement ; tous les êtres ont toute place et définissent leurs alentours ; leurs atours ; une table du restaurant en terrasse, réciproque, libre, nous accueille de ce fait sur la place d’emblée dans un coin calme à l’ombre et au soleil, à l’air, suffisamment longtemps pour qu’elle finisse sa cigarette.

Et pour qu’on se trouve, et retrouve.

Lire la suite

30/07/2013

Ces femmes qui (ont fait) et font l'Europe (7) : Madame DE STAËL (1766-1817), une européenne avant l’heure

Bando Ces femmes qui font l'Europe v2.jpg

Madame DE STAËL (1766-1817), une européenne avant l’heure

Par Jacky MORELLE (email)

Madame de STAËL, l’une des plus grandes écrivaines d’un temps qui en comptait peu, était la fille du célèbre banquier genevois, Jacques Necker, dernier grand ministre de Louis XVI et de Suzanne Curchod, Vaudoise, femme d’une grande culture qui tint l’un des derniers salons littéraires parisiens d’avant la Révolution. Germaine Necker est née le 22 avril 1766 dans le magnifique hôtel d’Hallwyll,  28 rue Michel Lecomte Paris 3ème. En tant qu’ « amoureuse » du Marais, je ne peux m’empêcher de décrire très brièvement ce merveilleux hôtel qui mérite le détour. En 1766-1767, les Hallwyll vont embellir l’ancien hôtel, conservé, par l’architecte Claude Nicolas Ledoux, alors jeune et peu connu. La façade sur rue avec un portail encadré de deux colonnes doriques cannelées est un chef-d’œuvre. Ledoux a su créer une impression de majesté dans une parcelle relativement étroite. Des hôtels construits à Paris par Claude Ledoux, l'hôtel Hallwyll est le seul à ne pas avoir été détruit.

Madame DE STAËL.jpgMais revenons à Germaine Necker. La salle de jeu de la petite fille, c’était le salon de sa mère. Cette dernière considérait qu'il fallait exercer l'intelligence par un afflux précoce d'idées. Enfant prodige, Germaine composa à onze ans des Eloges. La jeune fille grandit en conversant avec les derniers encyclopédistes, avec les célébrités littéraires, avec les représentants de l’aristocratie et de la politique. Dans le salon cosmopolite et lettré de ses parents, elle a rencontré des émissaires du monde allemand : Grimm et Meister. Adolescente, elle s’enflamma pour Werther comme la plupart de ses contemporains qui ne connaissaient pas grand-chose d’autre de l’Allemagne. Ce fut cet éveil intellectuel qui conduisit Madame de Staël à écrire plus tard son livre De l’Allemagne. Madame de Staël forma son esprit dans le salon de sa mère, par la conversation des Philosophes, mais elle avait  la sensibilité trop vive pour ne pas se détacher du culte de la raison et de ne pas chercher dans les littératures étrangères des modèles plus conformes à sa nature : « …En lisant les écrits d’une nation dont la manière de voir et de sentir diffère beaucoup de celle des Français, l’esprit est excité par des combinaisons nouvelles, l’imagination est animée par les hardiesses même qu’elle condamne ». (préface de Delphine).

Lire la suite

23/07/2013

Ces femmes qui font l'Europe (6) : digression rêveuse à la suite de « Mon alphabet » dans Pulsions du temps, Julia Kristeva

Bando Ces femmes qui font l'Europe v2.jpg

Ces alphabets qui font l’Europe : digression rêveuse à la suite de « Mon alphabet » dans Pulsions du temps, Julia Kristeva (éd Fayard, mai 2013)

par Françoise NEVEU (email)

220px-Julia_Kristeva_à_Paris_en_2008.jpgDans « Pulsions du temps », la sémiologue et psychanalyste Julia Kristeva (photo) fait battre le temps en des moments, quotidiens, culturels, de soi, des autres, scientifiques, de personnes, philosophes, écrivains. Ces battements du temps parcourent le livre et donnent au temps comme un bruit, régulier, scandé, qui revient,  et son existence au cœur. Donc aussi ses pulsions.

Dès le début, on se retrouve avec « Mon alphabet » dans une fête annuelle de la Bulgarie, qui est la Fête de l’alphabet. L’alphabet ici est cyrillique.

On réalise à cette occasion pour de bon, même si on le savait déjà, ah mais oui c’est vrai, que d’autres pays, en Europe, contenus pourtant dans cette entité commune, disposent effectivement d’alphabets différents les uns des autres, les autres du nôtre, le nôtre des uns.

En Bulgarie, durant cette fête, la communion avec cet alphabet, et donc avec la question de la lettre, apparait telle dans ce qu’on peut en lire qu’elle met aussi tous les sens en alerte et exacerbe  des effets qu’un alphabet inscrit dans une âme. Ce faisant, on assiste à ce qu’un changement d’alphabet en même temps qu’un passage de frontière peut induire, ébranler, tutoyer, questionner, mettre en doute, dans les habitudes d’une personne et son habitus, même, sa manière d’être au monde. Lorsqu’elle est amenée à passer des frontières, même en Europe et peut-être surtout en Europe où celles-ci n’existent plus sur le terrain de la géographie, les frontières demeurent, loin, à l’intérieur des pays, par la langue. Elles en sont peut-être de ce fait d’autant plus voyantes, effectives, provoquant, sollicitant, focalisant, synthétisant, ce qui veut l’être de cette frange qu’est le langage entre soi et l’autre, entre l’ici et l’ailleurs, entre le maintenant et l’avant et l’après du temps .

Lire la suite

15/05/2013

Ces femmes qui font l'Europe (5) : Interview Roza THUN, eurodéputée polonaise : « L’Europe, c’est nous ! »

Bando Ces femmes qui font l'Europe v2.jpg

Roza Thun, eurodéputée polonaise : « L’Europe, c’est nous ! »»

Interview réalisé par Fabienne PREVOT (email)

Roza Thun.jpgUn marché commun à construire, des jeunes à  motiver, Roza Thun, eurodéputée impliquée depuis longtemps dans le processus d’avancée de l’Europe, a bien conscience du chemin restant à parcourir.

Elle a grandi dans un pays communiste, la Pologne, derrière le rideau de fer, et ne pensait pas un jour être libre. Dès les années 1970,  elle œuvre contre le gouvernement en place. Elle devient ainsi porte-parole du comité des étudiants de Solidarność (SKS) et collaboratrice du Comité de défense des ouvriers (KOR) (1977-1980).

Une militante polonaise pour la construction européenne

Après le changement de régime, elle revient en Pologne et devient directrice générale puis présidente de la Fondation polonaise Robert-Schuman (1992-2005). De 2005 à 2009, elle dirige la représentation de la Commission européenne en Pologne. Elle est membre du Parlement européen depuis 2009. Elle est élue le 26 novembre 2011 vice-présidente internationale du Mouvement européen4. Au sein du parlement européen, elle est très impliquée dans la commission « Marché intérieur et protection des consommateurs ».

Pouvez-vous me parler de votre poste et des responsabilités qu’il induit ?

Je suis députée Européenne depuis 2009 après avoir été résidente de la représentation de la Pologne à l’Europe. Je suis aujourd’hui présidente de la commission du  marché intérieur et de la protection des consommateurs. J’ai  choisi cela car c’est concret, le résultat de mon travail est perceptible par les citoyens dans leur vie quotidienne.

europe2.JPGEn plus, il est important pour moi  que chacun comprenne le rôle effectif des institutions Européennes. Aujourd’hui, on a l’impression encore trop souvent - et à tort - que l’Europe est très éloignée des préoccupations des citoyens au quotidien et sur le terrain.

Le plus difficile est la communication. La preuve ? Les gens disent de l’Europe  « c’est eux !», moi j’aimerais qu’ils arrivent à dire « c’est nous !», qu’ils comprennent que c’est bien eux qui  constituent ce continent et sa richesse.

L’Europe, c’est effectivement nous tous, nous pouvons tous la changer. Il est possible, à  travers ses élus, d’influencer notre vie quotidienne.

Lire la suite

01/05/2013

Ces femmes qui font l'Europe (4) : Danièle Jourdain-Menninger, présidente de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie

Bando Ces femmes qui font l'Europe v2.jpg

Interview de Danièle Jourdain-Menninger, présidente de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie : « En Europe centrale ou orientale, les drogues licites restent encore peu évoquées »

Interview réalisé par Hélène DELMOTTE (email)

DJM 2 couleur.jpgDanièle Jourdain-Menninger, énarque de formation, a travaillé dans plusieurs cabinets ministériels, dont celui de Lionel Jospin, de 1997 à 2002. Inspectrice générales des affaires sociales, elle a signé de nombreux rapports, dont « Prostitutions : les enjeux sanitaires » (décembre 2012) ou « Evaluation de la prise en charge du diabète » (juin 2012). Elle préside depuis septembre dernier la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT).

Quelles sont vos actions prioritaires à la tête de la MILDT ?

DJM : Le Premier ministre m’a demandé de privilégier une conception élargie de la prévention tout en menant une politique intégrant l’ensemble des substances psychoactives ainsi que l’addiction aux jeux et à Internet. J’insisterai aussi sur les risques du tabac, de l’alcool et des nouvelles drogues de synthèse. Par ailleurs, des politiques ciblées en direction de certaines populations, dont les femmes enceintes, seront mises en œuvre. En ce qui concerne la lutte contre le trafic, je veillerai à une coordination renforcée des actions des ministères régaliens afin de susciter des réponses à la hauteur des enjeux. Il importe de  créer le bon équilibre entre l’application de la loi, la prévention et le soin, car tous ces champs sont complémentaires dès lors que l’on sait où mettre le curseur. Pour mettre en œuvre ces priorités, la MILDT travaille avec les ministères concernés à l’élaboration du plan triennal de lutte contre la drogue et la toxicomanie qui sera présenté fin juin.

Qu'est-ce que le groupe Pompidou ?

DJM : Cet organe intergouvernemental du Conseil de l’Europe, créé en 1971 à l'initiative du Président Georges Pompidou, contribue au sein de la Grande Europe, à l'élaboration de politiques de lutte contre la toxicomanie, multidisciplinaires, innovatrices, efficaces et basées sur des connaissances validées. Cherchant à relier les politiques, la pratique et la recherche scientifique, il est un forum multidisciplinaire où les responsables politiques, les professionnels et les chercheurs échangent des idées et des informations sur les divers problèmes posés par l’abus et le trafic des stupéfiants. Depuis novembre 2010, c’est la France et donc le (la) président(e) de la MILDT qui préside ce groupe.

Lire la suite

15/04/2013

Ces femmes qui font l'Europe (3) : Annie HOUTMAN, Chef de la Représentation de la Commission Européenne en France : « Ayons conf iance en l’Europe »

Bando Ces femmes qui font l'Europe v2.jpg

Annie HOUTMAN, Chef de la Représentation de la Commission Européenne en France : « Ayons confiance en l’Europe »

Annie HOUTMANN 1Interview réalisé par Fabienne PREVOT (email)

C’est depuis le 1er septembre 2010 qu’Annie HOUTMAN occupe la fonction de Chef de la Représentation de la Commission Européenne en France. Diplômée en sciences mathématiques, elle possède un doctorat en statistiques ainsi qu’une expérience universitaire et professionnelle d’envergure internationale, dans les domaines de la recherche, de l’économétrie, des mathématiques et des statistiques.

Son parcours au niveau des institutions américaines débute en 1985, date de son entrée à  la Commission Européenne. En 1999, elle rejoint le cabinet de Romano PRODI, Président de la Commission, et devient en 2001 son chef de cabinet adjoint.

Quel est le rôle précis de la Représentation de la Commission Européenne en France ?

Nous sommes l’œil, l’oreille et la bouche de la Commission en France, et réciproquement. Notre  avantage est d’être proche du terrain et donc des citoyens, de leurs attentes, de leurs besoins. Nous sommes aussi le point de contact direct avec les politiciens et la presse.

Nous avons 3 missions principales :

Lire la suite