Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2008

Amina, Clarisse, Dominique et Virginie sont les heureuses lauréates du Prix Excellencia 2008

soiree2008_ie_laureates300.jpgDépartagées par les votes du grand public sur le site Web du Prix Excellencia, ces femmes de la high-tech ont ensuite été distinguées par un jury de personnalités de l’industrie, de la recherche, des associations féminines et des médias. Les lauréates du Prix Excellencia 2008 viennent de recevoir leur trophée lors d’une cérémonie au Press Club de France, sous le haut patronage de Monsieur Nicolas Sarkozy, président de la République Française, de Monsieur Xavier Darcos, Ministre de l’Education Nationale, et de Madame Valérie Létard, Secrétaire d’Etat auprès de Monsieur le Ministre du Travail, des Relations Sociales et de la Solidarité, chargée de la Solidarité, et de nombreuses personnalités.

Cette année encore, le Prix Excellencia récompense les femmes ingénieurs high-tech ayant démontré une certaine réussite tant sur le plan professionnel qu’en terme d’épanouissement personnel.
Quatre d’entre elles ont été désignées « Lauréate du Prix Excellencia 2008 » et ont reçu un magnifique Trophée ainsi que des cadeaux leur permettant de donner un nouvel élan à leur carrière.

kaleido_full300rd.jpgLes lauréates concouraient dans trois catégories :

Catégorie « Recherche», Clarisse Dhaenens, enseignante-chercheuse au sein d'un laboratoire de l'INRIA (Institut Nationale de Recherche en Informatique et Automatique) à Lille
Catégorie « En Entreprise » : Dominique Altche, entrepreneure, en phase de lancement du projet "e-de.fr" au sein de l'incubateur Belle de Mai
« Prix Excellencia des Jeunes » : Virginie Simon, en convention CIFRE dans le cadre de son Doctorat à l'Université Paris VI
Madame Amina Dejean Bensaïd, ingénieure chez Texas Instruments France reçoit pour sa part le « Prix spécial du jury ».

28/11/2008

Une femme première secrétaire, nouvelle avancée de la parité

martine-aubry[1].jpgPour la première fois de son histoire, le PS sera dirigé par une femme. Neuf ans après l'élection de Michèle Alliot-Marie à la tête de l'UMP, cette première confirme, malgré le climat délétère dans lequel elle est née, qu'une petite révolution est en marche. "A l'aspiration croissante des femmes à s'imposer aux plus hauts niveaux de la pyramide des pouvoirs, correspond aussi un changement radical des représentations, note Mariette Sineau dans La Force du nombre (éd. de l'Aube). L'opinion publique est passée d'une sorte de méfiance misogyne généralisée à une culture paritaire largement partagée."
Martine Aubry et Ségolène Royal, qui se sont âprement disputées la tête du PS, sont toutes deux issues du gouvernement Jospin, qui avait fait avancer la parité en politique : après avoir imposé au PS 30 % de femmes parmi les candidats aux législatives, Lionel Jospin avait, en 1997, appelé 30 % de femmes au gouvernement, ce qui constituait alors un record pour la Ve République. Deux ans plus tard, la Constitution consacrait le principe de parité : "La loi favorise l'égal accès des hommes et des femmes aux mandats électoraux et aux fonctions électives", proclame-t-elle aujourd'hui.

Dans un pays où les femmes ont tardivement obtenu le droit de vote (1944), les quotas imposés depuis lors dans les scrutins de liste comme les régionales ou les municipales ont permis de féminiser le personnel politique : aujourd'hui, les femmes représentent 47,6 % des conseillers régionaux et 47,5 % des conseillers municipaux des villes de plus de 3 500 habitants. Ces nouvelles élues, qui sont plus jeunes et moins "encartées" dans des partis que leurs collègues masculins, représentent un véritable vivier pour le monde politique.

Certains bastions, cependant, restent irréductiblement masculins. La loi sur la parité ne s'applique pas aux conseils généraux, qui ne comptent que 10,5 % de femmes, et les parlementaires restent très majoritairement des hommes : les femmes ne représentent que 21 % des sénateurs et 18,5 % des députés, ce qui place la France au 19e rang de l'Union européenne. Ces inégalités perdurent bien qu'elles entraînent des pénalités financières importantes pour les partis politiques : en 2007, le non-respect de la parité à l'Assemblée nationale a coûté plus de 4 millions d'euros à l'UMP et 500 000 euros au PS et à l'UDF-Modem.

Anne Chemin
Source Le Monde

24/09/2008

Clémence Meilichzon rejoint INTUITU CONSEIL

Intuitu Conseil, cabinet de conseil en stratégies de communication dédié aux métiers du conseil aux entreprises et aux dirigeants, accueille Clémence Meilichzon. Elle interviendra en tant que consultante, au côté de Delphine Jouenne et Cyril Chassaing, co-fondateurs du cabinet, auprès des clients d'Intuitu Conseil pour des missions d'accompagnement opérationnel.

Clémence Meilichzon, 27 ans, est diplômée d'une Maîtrise en droit privé général et d'un DEA/Master 2 de recherche en droit de la communication à l'Université Paris II Panthéon Assas. Elle a débuté sa carrière en 2005 en tant que juriste à la Direction Juridique de Vivendi, au sein du pôle droit de la communication, puis a rejoint en 2007 l'AACC (Association des Agences-Conseils en Communication) en tant que juriste en droit de la communication.

« Juriste de formation et ayant travaillé au sein de directions juridiques, le profil de Clémence correspond au modèle d'Intuitu Conseil : plus que des communicants, de véritables consultants ayant déjà exercé en cabinet ou connaissant les métiers du conseil et leurs spécificités afin de toujours offrir un conseil en stratégies de communication sur mesure, qualitatif et servant les objectifs de développements de nos clients », précise Delphine Jouenne, associée-gérante d'Intuitu Conseil.

Seulement neuf mois après sa création, Intuitu Conseil compte déjà plus de 10 références clients (cabinets d'avocats d'affaires, chasseurs de têtes, conseil en organisation, conseil en réduction des coûts, dirigeants/créateurs d'entreprises').


A propos d'Intuitu Conseil

Intuitu Conseil est un cabinet de conseil en stratégies de communication dédié aux métiers du conseil aux entreprises et aux dirigeants (professions du droit, du chiffre et du conseil).

Créé en janvier 2008 pour répondre à une demande de plus en plus forte et personnalisée de ces métiers, Intuitu Conseil a pour vocation d'accompagner ses clients (auditeurs, experts-comptables, avocats d'affaires, consultants, chasseurs de têtes, investisseurs, financiers, notaires') dans leurs réflexions stratégiques, leurs positionnements et leurs développements afin de décliner une stratégie de communication sur-mesure, cohérente et globale (identité visuelle, outils de communication, actions de communication interne et externe, relations médias/relations publiques, publicité).

Intuitu Conseil offre une large palette de compétences et s'appuie sur un réseau de partenaires reconnus pour apporter des solutions adaptées. Professionnels de la communication, issus eux-mêmes de cabinets de services professionnels et ayant une parfaite connaissance des métiers du conseil et de leurs réglementations, les consultants d'Intuitu Conseil ont pour objectif la recherche constante de valeur ajoutée pour leurs clients.

Pour plus d'informations :
www.intuituconseil.com

10/09/2008

Caroline Vallas rejoint le Groupe Ligaris en tant que directrice générale

459493e9f01e0ca4987b1518bb938c8c.gif Caroline Lavas rejoint le groupe Ligaris en tant qu'associée et directrice générale. Elle aura pour mission le renforcement des expertises et le développement du Groupe en matière de stratégies de communication globale auprès d’annonceurs privés et publics pour leurs campagnes de communication corporate, image ou institutionnelles. Précédemment directrice générale de DDB Corporate , elle a pendant 11 ans dirigé les équipes conseil, piloté les expertises multi-métiers, et supervisé de vastes campagnes de communication par exemple pour l’Artisanat, Aéroports de Paris, l’Apprentissage et l’Alternance (Ministère du travail), l’INPI, les Travaux Publics, l’Assurance maladie, le Ministère des Finances, Médéric, UCB, … ainsi que plusieurs opérations financières et ouvertures de capital (ADP, Thomson, Air France, Alstom…).

Plus d'infos en cliquant ici !

11/08/2008

Anne Chenu à l'UFE

3f33d88b02b7b09cbf31f6881a887daa.jpgAnne Chenu a été nommée directeur de la communication et des affaires européennes de l’Union française de l’électricité (UFE).

Agée de 48 ans, Anne Chenu est titulaire d'une maîtrise de droit public et ancienne élève de l'IAE Paris. Elle a d'abord été journaliste (groupe Edipresse en 1988) puis responsable de la communication du groupe Bayard. Entrée en 1998 à la Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM), elle y a successivement exercé les fonctions de directeur de la communication, directeur général adjoint puis directeur général.

-----------
A savoir
L’UFE est l’association professionnelle des employeurs du secteur de l’électricité. Elle les représente au sein de la branche des industries électriques et gazières et "porte les intérêts de ses membres, producteurs, commercialisateurs, gestionnaires de réseaux, et fournisseurs d’électricité, dans le domaine économique et industriel".
Les membres de l’UFE: Compagnie nationale du Rhône, DK6, EDF, EDF Energies Nouvelles, ERDF, les Entreprises locales d'énergie, France hydro électricité, Poweo, RTE, la Société Hydro électrique du Midi, SNET, Suez, le Syndicat des énergies renouvelables, l’Union nationale des entreprises locales de l'électricité et du gaz.

Source Energie 2007

10/08/2008

Patricia O’Brien au poste de Secrétaire générale adjointe aux affaires juridiques et Conseillère juridique des Nations Unies

Le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a nommé Mme Patricia O’Brien de l’Irlande, au poste de Secrétaire générale adjointe aux affaires juridiques et Conseillère juridique des Nations Unies. Mme O’Brien, qui est la première femme à occuper ce poste, remplacera M. Nicolas Michel.

Le Secrétaire général exprime sa reconnaissance à M. Michel pour son dévouement constant, son professionnalisme jamais démenti et sa profonde intégrité.

Mme O’Brien apporte à ce poste une solide expérience des questions juridiques et internationales. Elle est hautement qualifiée pour intégrer la dimension juridique dans les processus internes de prise de décisions, promouvoir l’état de droit dans les relations internationales et contribuer à assurer la fin de l’impunité.

Conseillère juridique au Ministère des affaires étrangères de l’Irlande depuis 2003, Mme O’Brien a donné son avis sur des questions juridiques liées à la politique étrangère irlandaise, en particulier le droit international public, les droits de l’homme et la législation de l’Union européenne.

Auparavant, elle avait travaillé comme Conseillère juridique principale à la Représentation permanente de l’Irlande auprès de l’Union européenne à Bruxelles. Elle a conseillé le Gouvernement irlandais sur les procédures juridiques devant la Cour internationale de Justice (CIJ), la Cour européenne des droits de l’homme et la Cour européenne de Justice (CEJ). Elle a également participé à des réunions d’experts juridiques aux Nations Unies, au Conseil de l’Europe et à l’Union européenne.

Plus tôt dans sa carrière, Mme O’Brien a été avocate au barreau irlandais, de 1979 à 1988 et pendant une année, à celui de la province de Colombie britannique, au Canada. Entre 1989 et 1992, elle a occupé des postes universitaires à l’Université de la Colombie britannique.

Mme O’Brien a obtenu une licence en droit en 1978 et une maîtrise en droit en 1987 de Trinity College à Dublin, et un diplôme de l’Université d’Ottawa en 1990. Elle a été admise au barreau irlandais en 1978 et à celui d’Angleterre et du pays de Galles en 1986. Elle est également membre de l’Association pour les études juridiques approfondies de l’Institut des études juridiques approfondies de Londres.

Mme O’Brien est née le 8 février 1957. Elle est mère de trois enfants.

Source ONU

09/08/2008

Nawal el Moutawakel, première musulmane à la commission exécutive du CIO

6698495dcb4dbcae8b0e813355a16175.jpgPékin : La Marocaine Nawal el Moutawakel est devenue la première femme musulmane à siéger à la commission exécutive du Comité international olympique (CIO) au terme des élections tenues jeudi à Pékin. La championne olympique 1984 du 400 m haies, âgée de 46 ans, était la seule candidate à se présenter sur le poste laissé vacant par le Chinois Zaiqing Yu, élu à la vice-présidence du CIO, également en l'absence d'adversaire.

Membre du CIO depuis 1995, Moutawakel était présidente de la commission d'évaluation des villes candidates à l'organisation des jeux Olympiques de 2012.

Le seul siège disputé à été remporté par le Porto-Ricain Richard Carrion, déjà membre de la commission exécutive, au détriment du Britannique Craig Reddie.

Quatre membres siégeant à la commission exécutive en raison de leur statut de président de commission ont par ailleurs été renouvelés - Denis Oswald et Mario Vazquez Rana - ou nommés - René Fasel et Frankie Fredericks.

Serguei Bubka, qui a laissé son poste à Fredericks à la tête de la commission des athlètes, a lui été élu membre du CIO en vertu de son statut de président du comité olympique ukrainien.

Sopurce : AFP - 7 août 2008

08/08/2008

La première rectrice de Suisse romande

d8c62d6b2465db200a38a932982e1649.jpg Martine Rahier, une professeure belge, dirige, depuis le 5 août 2008, l'Université de Neuchâtel. Une première dans le monde académique romand. Rencontre.
Elle n'aime pas le son de ce mot. Mais, en bonne biologiste, Martine Rahier se souvient parfaitement de ce que sont des «rectrices»: «Les grandes plumes de la queue des oiseaux qui permettent de diriger leur vol.» Depuis hier, cette Belge de 54 ans est une espèce en voie d'apparition. La première «Madame le recteur» d'une université romande est entrée en fonction. Au niveau suisse, seul Zurich avait connu, entre 1982 et 1984, une académicienne en chef.

Dans un milieu où seuls 13,4% des professeurs sont des femmes, le statut de Martine Rahier ferait presque tache. Tache d'huile, puisque deux de ses vice-rectrices sont également des mères. «J'ai bien sûr conscience de la portée symbolique de cette nomination. Après tout, les femmes représentent la moitié de la population. Nous avons, c'est vrai, valeur d'exemple. Dans une société qui ne fait pas assez pour faciliter la vie des mères qui veulent travailler.»

Deux siècles après l'impératrice Joséphine
Martine Rahier n'est pourtant pas la première femme à avoir pris ses quartiers dans le bel hôtel particulier de Pourtalès qui fait office de rectorat, à deux pas du port qui fait retentir ses sirènes de plaisance. Elle fut précédée, en 1810, par l'impératrice Joséphine. Plus modeste, celle qui siège au comité scientifique du prestigieux CNRS français, n'a même pas encore apposé son nom sur l'étiquette de la porte de son bureau. Elle sait qu'après le -règne tumultueux de l'orageux Alfred Strohmeier viré l'an dernier par le Conseil d'Etat pour avoir protesté contre le transfert vers Lausanne de l'Institut de microtechnique (IMT) elle doit aussi apporter sa sérénité naturelle.

«Mais je ne suis pas naïve. Je sais qu'il y aura des décisions désagréables à prendre. Il faudra les communiquer de façon plus transparente. Le recteur doit être avant tout un facilitateur. Par exemple, faire en sorte qu'un étudiant soit bien entouré, qu'il ne doive pas attendre trois mois pour obtenir un rendez-vous avec un professeur.»

Car, outre l'IMT, des pans entiers de la physique et la géologie sont également partis sous d'autres cieux académiques. Bernois et vaudois notamment. Non sans quelques grincements de dentiers. «Le transfert d'unités scientifiques va permettre à l'Université de Neuchâtel le développement d'autres domaines de spécialisation dans un projet global cohérent. De faire en sorte que cette institution s'intègre dans la société, anticipe ses besoins et rende ses diplômés responsables, critiques, constructifs, engagés. Et répondre aux besoins de l'économie et du canton et de la région. L'Université n'est pas une tour d'ivoire.» Les 4000 étudiants, dont le propre fils de la rectrice, apprécieront le défi.

Dans son bureau, quelques babioles du Bhoutan témoignent de sa passion de marcheuse alpine. La folle randonnée fut aussi professionnelle. Elle passa de sa Bruxelles natale, par les Etats-Unis (Berkeley) avant d'arriver à Bâle en 1981: «Mais par inertie administrative, je n'ai pas le passeport suisse.» Plus récemment, elle a fait de la «survie des plantes» un pôle stratégique de la recherche suisse. Au mur, un triptyque abstracto-constructiviste du peintre loclois Lermite ajoute à l'atmosphère zen.

Martine Rahier a le charisme réservé de celle qui ne marche pas sur les autres. Un ton posé sur lequel s'entrechoquent parfois avec une langueur déterminée quelques pointes accentuesques de son Plat Pays d'origine. «J'ai de l'ambition, avoue-t-elle, mais je n'ai rien sacrifié qui ne me reste en travers de la gorge. Mes choix sont bien vécus.»

Source : La Tribune de Genève

07/08/2008

Haïti: Michèle Pierre-Louis devient la deuxième femme Premier ministre

dee0ae8523a5d940a9f1b78381c59f50.jpgPORT-AU-PRINCE (le 1er Août 2008)— Le Sénat de Haïti a confirmé jeudi la nomination au poste de Premier ministre de Michèle Pierre-Louis, qui devient la deuxième femme à diriger le gouvernement du pays.

Les Sénateurs ont confirmé sa nomination à 12 voix contre zéro. Agée de 61 ans, Mme Pierre-Louis doit désormais former un gouvernement qui devra à son tour être approuvé par les deux chambres du Parlement.

Le Parlement avait voté la censure contre l'ancien Premier ministre Jacques Edouard Alexis le 12 avril dernier, après que des émeutes de la faim avaient fait sept morts.

Mme Pierre-Louis dirige une des filiales de la Open Society Institute, la fondation de du milliardaire George Soros.

06/08/2008

USA: Elizabeth Duke rejoint les gouverneurs de la Fed

d5ed025a94ed5c29a4d8e0ed951fdfdb.jpgECONOMIE - USA: Elizabeth Duke rejoint les gouverneurs de la Fed
WASHINGTON, 5 août 2008 (AFP)


Elizabeth Duke, 56 ans, a rejoint mardi le conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale américaine (Fed), a indiqué la banque centrale dans un communiqué.

Mme Duke a prêté serment mardi matin dans le bureau du président de la Fed Ben Bernanke, selon le communiqué.

"Elle prendra part au vote du Comité de politique monétaire mardi", a précisé la banque centrale.

La Fed devrait laisser son taux directeur inchangé à 2% lors de cette réunion, selon les analystes.

Le président américain avait annoncé son intention de nommer Mme Duke le 15 mai 2007, et sa nomination avait été confirmée par le Sénat le 27 juin 2008.

Elle prendra le siège laissé vacant par le départ de Susan Bies le 30 mars 2007. Son mandat expire le 31 janvier 2012.

Mme Duke avait précédemment été présidente du conseil d'administration de l'Association des banquiers américains (ABA) en 2004 et 2005, et elle a été l'un des gouverneurs de la banque de Réserve fédérale de Richmond (est) de 1998 à 2000. Elle a aussi fait partie de la commission de conseil du groupe de refinancement hypothécaire Fannie Mae.

La nomination de Mme Duke devrait donner un peu d'air au conseil des gouverneurs de la Fed, qui ne tournait plus qu'à cinq membres au lieu de sept habituellement, les tensions entre la Maison Blanche et le Congrès ayant conduit au blocage des nominations sur les postes vacants.

05/08/2008

Sally Robins à la tête du Groupe Steria

Sally Robins est promue directrice de la communication du Groupe Steria, à ce poste depuis le 1er juillet 2008. Elle est sous la responsabilité directe de François Enaud, président-directeur général. Elle est ainsi en charge du développement de la marque Steria à l'international et de la mise en œuvre d'une communication globale proactive pour soutenir la stratégie Groupe auprès de ses publics internes et externes. Cette nomination fait suite au rachat de Xansa par Steria.
Sally Robins, 45 ans, diplômée en sciences environnementales de l'université de Bradford et en sciences de la santé de l'université de Warwick, a réalisé le parcours suivant :
* 2007-2008 : Xansa, directrice marketing et communication.
* 2001-2006 : Xansa, chargée du programme visant à rassembler sous la marque Xansa, 9 organisations différentes, en introduisant un nouveau nom et une nouvelle identité visuelle. Elle a fait aussi partie de l'équipe impliquée dans la mise en œuvre de la joint-venture NHS Shared Business Services. Elle a géré de bout en bout l'émergence de la nouvelle marque ainsi que la communication sur les transferts d'équipes. Parallèlement, elle a dirigé la communication visant à promouvoir de nombreux projets stratégiques, comme celui mis en œuvre par Xansa avec British Telecom, premier client BPO.
* 1997-2001 : Xansa, différents postes de marketing et communication.
* 1989-1997 : Ville de Plymouth, directeur de l'information du Community Services NHS Trust.

Une juge sud-africaine, Haut commissaire aux droits de l'homme de l'ONU

3191928087bc80a802875f08137358a8.jpg NEW YORK (AFP - 24 juillet 2008) — Le secrétaire général de l'ONU a officiellement désigné jeudi la juge sud-africaine Navanethem Pillay pour succéder à Louise Arbour comme Haut commissaire aux droits de l'homme, un choix salué par les pays occidentaux et les défenseurs des libertés.

Ban Ki-moon a formellement informé l'Assemblée générale des Nations unies de son intention de nommer Mme Pillay, a indiqué sa porte-parole Michèle Montas.

Saluant le "remarquable bilan en matière de droits de l'homme et de justice" de Mme Pillay, la porte-parole a ajouté que M. Ban comptait sur elle pour "préserver l'indépendance de son bureau (basé à Genève) et maintenir des relations efficaces avec l'Assemblée générale et le Conseil des droits de l'homme".

"C'est à présent (aux 192 membres) de l'Assemblée générale d'approuver" le choix de Mme Pillay, actuellement juge à la Cour pénale internationale (CPI), a-t-elle déclaré à l'AFP.

Selon des diplomates, l'Assemblée générale devrait se réunir lundi prochain pour entériner cette nomination.

Le ministre des Affaires étrangères français, Bernard Kouchner, a salué cette nomination, louant "le fait que cette responsabilité éminente soit confiée à une femme originaire du Sud".

Le nouveau Haut commissaire "peut compter sur le plein soutien de la France, et de l'ensemble des Etats membres de l'Union européenne, afin que le Haut commissariat continue de se renforcer et d'agir avec efficacité, à Genève, comme à New York, et sur le terrain, partout où des hommes et des femmes sont privés de leurs droits fondamentaux", a ajouté M. Kouchner dans un communiqué conjoint avec la secrétaire d'Etat française aux droits de l'homme, Rama Yade.

"Je salue vigoureusement cette nomination", a déclaré Mark Malloch Brown, haut responsable au Foreign office dans un communiqué, décrivant Mme Pillay comme "une personne de grande intégrité".

"Nous sommes impatients de travailler avec elle", a indiqué l'ambassadeur américain à l'ONU, Zalmay Khalilzad, démentant des informations affirmant que Washington était opposé à sa nomination dans un premier temps à cause de sa position sur l'avortement.

"C'est un bon jour pour les droits de l'homme et c'est un bon jour pour les droits de la femme", a déclaré Taina Bien-Aimé, responsable de l'organisation de défense des droits de l'homme, Equality Now, co-fondée par Mme Pillay.

"Nous sommes impatients de travailler avec le juge Pillay", a déclaré pour sa part Hillel Neuer, directeur de l'organisation UN Watch, basée à Genève.

M. Ban a mené un long processus de sélection à l'issue duquel s'est dégagée une liste réduite de trois candidats composée de Mme Pillay, de l'avocate pakistanaise Hila Jilani et d'un ex-conseiller spécial de l'ONU pour la prévention du génocide, l'Argentin Juan Mendez, selon des diplomates et des responsables à l'ONU.

D'origine tamoule, Navanethem Pillay est née en 1941. Elle a été juge au TPI pour le Rwanda et a joué un rôle-clé dans la décision de définir les viols comme des armes de guerre.

En 1967, elle est devenue la première femme à ouvrir un cabinet d'avocats dans la province du KwaZulu-Natal, en Afrique du Sud. Elle a également été la première femme non-blanche à oeuvrer au sein de la Cour suprême de son pays.

Mme Pillay devrait remplacer Louise Arbour, 61 ans, de nationalité canadienne, qui avait réussi à renforcer le Haut commissariat des Nations unies pour les droits de l'homme durant son mandat qui s'est achevé lundi.

04/08/2008

Catherine Baudet nommée chef de Rubrique

66c4a9e182b4a6e48d5c2fe9bdfb7ff5.jpgCatherine BAUDET est nommée Chef de rubrique Beauté chez Biba Magazine. Née en 1970, diplômée d'une Maîtrise des Sciences et Techniques de la Photo, Catherine Baudet débute sa carrière en 1991 à l'agence Gamma en tant que rédactrice photo. En 1993, elle devient journaliste free-lance et collabore aux magazines Santé Magazine, Biba, Paris Match, Dealer de Luxe, A nous Paris… En 2001 elle crée la société Pain d'Epices, spécialisée dans l'édition et la communication d'entreprise. En 2004, Elle intègre le magazine 20 ans en tant que Chef de rubrique Beauté. Depuis janvier 2007, Catherine Baudet travaillait au sein de la cellule projet de Mondadori France.

Source Mondadori